Documenter une collection

Contenu

L’acquisition systématique des parutions dans les champs de l’art extra-européen mais aussi de l’anthropologie permet au musée de se positionner comme bibliothèque de référence dans ces domaines. Les bibliothèques de travail des grandes figures de l’anthropologie du 20e siècle, comme Claude Lévi-Strauss, Georges Condominas ou Jean Cuisenier, ont ainsi rejoint les collections ces dix dernières années.

Documenter une collection

Le cabinet de travail Claude Lévi-Strauss

En 2011, la médiathèque a acquis grâce au soutien du Cercle Claude Lévi-Strauss, au sein de la Société des Amis du musée, la bibliothèque de travail d’un des plus éminents anthropologues français du 20e siècle, décédé deux ans plus tôt. Quelque 7 000 ouvrages sont ainsi devenus accessibles à tous. Entre les pages de nombreux livres, des dédicaces, lettres et envois de ceux que Lévi-Strauss a influencés plus ou moins directement par ses travaux, restituent l’héritage intellectuel qu’il a légué.
L’anthropologue nourrissait lui-même un intérêt profond pour les objets d’art des Amériques, dont il avait constitué une collection personnelle aux côtés d’André Breton, son mentor en la matière durant ses années d’exil aux Etats-Unis.

Valeur de l’archive

D’objets considérés comme secondaires, les archives sont devenues depuis vingt ans des compléments incontournables, véritables miroirs des collections. Depuis 1998, les dons d’archives privées représentent 30 fonds, soit 110 mètres linéaires de documents, signe de la place primordiale qu’elles occupent. Il s’agit à la fois d’archives personnelles d’anthropologues, historiens et critiques d’art, voyageurs et artistes, et de revues et périodiques spécialisés.

Cette constellation de documents ouvre des pistes pour affiner la biographie des objets, depuis leur provenance d’origine jusqu’à leur arrivée au musée. Les archives des collectionneurs et galeristes du 20e siècle nous renseignent ainsi sur le développement d’un marché de l’art extra-européen. Les archives d’archéologues, comme celles de l’américaniste Henry Reichlen, montrent comment l’étude approfondie du terrain permet d’inscrire les objets dans leur contexte historique.

Certaines pièces ont valeur de « trésor d’archives ». Sans être nécessairement liées à des objets de la collection, elles ont un grand intérêt historique ou esthétique, à l’instar des dessins du peintre Edouard Pingret, précieuses illustrations des pièces de sa collection personnelle d’objets précolombiens.

1.7 Valeur de l'archive