FR

Choisissez votre langue

Télécharger des documents PDF

Démocratisation culturelle et action territoriale

Le musée du quai Branly - Jacques Chirac mène, depuis son ouverture, une politique dynamique pour aller à la rencontre de tous les publics, où qu’ils soient et quelle que soit leur situation.

Une politique de médiation envers tous les publics

Démocratiser l’accès à la culture, c’est rendre accessible à tous la richesse des collections dont le musée a la garde. Dans ce but, le musée s’engage au quotidien à faciliter son accès à tous les publics et à déployer des actions dédiées vers des cibles de publics spécifiques : le public dit « éloigné » qui ne se rend pas de lui-même au musée, le public dit « empêché » (personnes hospitalisées, en situation de handicap, sous main de justice ou relevant du champ social), etc. Une exigence visant à lever, un à un, les obstacles à la visite, qu’ils soient tarifaires, géographiques ou socioculturels.

Les actions en région parisienne

La rencontre de nouveaux publics sur l’ensemble du territoire est l’un des impératifs premiers de l’établissement. Depuis 2013, les Ateliers nomades, dispositif unique d’actions hors-les-murs, sont le fer de lance de cette politique.

Grâce aux Ateliers nomades, le musée développe un mode de relation inédit avec les collectivités locales en investissant des lieux familiers des habitants (établissements scolaires, associations, centres sociaux, lieux culturels, structures médicales, etc.). Basé sur une véritable collaboration avec les acteurs et relais locaux, ce dispositif intègre également le transport des habitants vers le musée pour découvrir in situ les collections et les activités de médiation.

Cette opération itinérante est mise en place chaque année dans une communauté d’agglomération francilienne : Cergy-Pontoise en 2013, Clichy-sous-Bois et Montfermeil en 2014 et jusqu’à l’été 2016. Dès l'automne 2016 et jusqu'en 2018, les Ateliers nomades se déploient dans la communauté d'agglomération Grand Paris Sud-Seine-Essonne-Sénart (Bondoufle, Courcouronnes, Évry, Lisses, Ris-Orangis et Villabé).

Les actions envers les personnes sous main de justice

Depuis 2010, le musée a mis en place une politique d’actions hors-les-murs à l’attention des personnes sous main de justice. L’offre culturelle qui leur est proposée comporte deux aspects : les activités en milieu fermé, au sein même des prisons, et les activités en milieu ouvert, qui comprennent notamment des visites au musée pour les détenus suivant des programmes de réinsertion en vue d’une libération prochaine.

Des partenariats inscrits dans la durée ont été créés, avec la maison d’arrêt de la Santé, le Service pénitentiaire d’insertion et de probation de Paris (SPIP Paris), le centre de détention de Melun et le centre pénitentiaire sud-francilien de Réau. Le musée s’est également rapproché des services de la Protection judiciaire de la Jeunesse pour proposer son offre culturelle à destination de mineurs sous protection judiciaire. Une forte implication également visible dans la formation des relais du champ social.

Des actions vers les personnes hospitalisées et en maisons de retraite

Parce que certaines personnes ne peuvent se déplacer, le musée du quai Branly - Jacques Chirac décide d’aller au-devant d’elles. En lien avec l’exposition Cheveux Chéris, frivolités et trophées, une opération dans le 10e arrondissement de Paris a notamment été conçue en partenariat avec l’APHP et l’hôpital Saint-Louis autour du thème de la perte des cheveux.

En 2010, c’est un partenariat avec le groupe Medica qui a été signé. Celui-ci a permis aux résidents des maisons de retraite d’avoir accès aux objets du musée. Il s’agit de la première initiative de ce type entre un musée national et un groupe voué à la prise en charge de personnes âgées dépendantes.