Le Prix pour la Photographie

du musée du quai Branly - Jacques Chirac

Contenu

Le programme en images

×

Marco Garro (Pérou), El Oro que heredamos, el Oro que soñamos

© musée du quai Branly Jacques -Chirac, Résidences photographiques 2018

À la fois musée, centre culturel, lieu de recherche et d’enseignement, le musée du quai Branly – Jacques Chirac compte une collection de plus de 710 000 photographies anciennes et contemporaines qui couvre l’ensemble des zones géographiques représentées au musée, ainsi que l’ensemble du champ historique du médium, de 1842 à aujourd’hui.

En 2022 le programme fait peau neuve et devient le Prix pour la Photographie du musée du quai Branly – Jacques Chirac. La dotation est réévaluée à 30 000 € par projet pour une sélection annuelle de 3 lauréats par un jury international, après un large appel à candidatures.

Depuis son lancement en 2008 le programme de Résidences du musée du quai Branly – Jacques Chirac apporte son soutien à la création photographique contemporaine. Le musée finance chaque année les créations de trois lauréats, sélectionnés sur la base d’un projet original, en cohérence avec leur trajectoire artistique. Il prend également en charge la production finale d'une sélection d'images de ces travaux qui intègrent alors la collection du musée. Tourné vers une photographie exigeante pratiquée dans le monde entier et représentative d’un des quatre continents représentés dans les collections du musée, le programme ne se limite pas à une pratique documentaire et est ouvert à des formes élargies de production d’images.

Ce soutien a ainsi permis depuis 2008 de révéler de nombreux talents et de rendre les collections publiques françaises plus ouvertes sur le monde entier et sa création actuelle. Mentionnons au fil des années les œuvres d'artistes comme Sammy Baloji, Hugo Aveta, Che Onejoon et Lek Kiatsirikajorn (2012), Guy Tillim (2015), José Luis Cuevas (2017) et tout récemment Fatoumata Diabaté et Emilio de Azevedo (2020). En 14 ans d’existence, les Résidences photographiques ont permis d’intégrer 38 séries photographiques, soit l’équivalent de 555 tirages, aux collections publiques nationales. Cette collection considérable constitue un ensemble de référence sur la création contemporaine internationale, interrogeant des problématiques aussi diverses que l’écologie (137 Years, Zhao Renhui - Singapour), la crise migratoire (Cartographies of Escape, Luis Carlos Tovar – Colombie), la mémoire post-coloniale (Imaginary Trip II, Gosette Lubondo – RDC), la déconstruction du modèle patriarcal (La Etapa Bruja, Liza Ambrossio – Mexique) ou encore le rôle de la photographie dans le questionnement identitaire contemporain (Resident and Visitor, Brook Andrew – Australie).

Les lauréats

2020

  • Liza Ambrossio (Mexique), The Witch Stage, résidences au Mexique, en Espagne et en France
  • Emilio De Azevedo (Brésil), Maréchal Rondon - Un inventaire du Brésil, résidence au Brésil et en France
  • Fatoumata Diabaté (Mali), Nimissa, résidences au Mali

Communiqué de presse

2019

  • Pablo Lopez Luz (Mexique), Romana Tropical, résidence à Cuba
  • Abdoulaye Barry (Tchad), Un si grand Lac, résidence au Tchad
  • Prasiit Sthapit (Népal), In search of the legacy of the man with a thick mustache, résidence au Népal

2018

  • Karen Paulina Biswell (Colombie), Chère Pipi, résidence en Guyane Française
  • Marco Garro (Pérou), The gold we inherited, the gold of our dreams, résidence au Pérou
  • Aun Raza (Pakistan), For the Love of Lahore, résidence au Pakistan

2017

  • José Luis Cuevas (Mexique), Kenzaburo, this is also a personal matter, résidence au Japon
  • Gosette Lubondo (République démocratique du Congo), Imaginary Trip II, résidence au Congo
  • Luis Carlos Tovar (Colombie), Cartographies of Escape, résidence dans les pays aux frontières de l'Europe

2016

  • Karen Miranda Rivadeneira (Equateur), In the mouth of the jaguar everyone is a singing hummingbird, résidence en Equateur
  • Tatewaki Nio (Brésil/Japon), Neo-andina, résidence en Bolivie
  • Zhao Renhui (Singapour), Camping and Tramping in Malaya, résidence à Singapour, en Malaisie et en Indonésie

2015

  • Ishola Akpo (Côte d'Ivoire), Les mariés de notre époque, résidence au Bénin et au Nigéria
  • Brook Andrew (Australie), Resident and Visitor, résidences en France et en Australie
  • Guy Tillim (Afrique du Sud), African Cities, résidence au Ghana, Kenya et au Zimbabwe

2014

  • Mehrdad Naraghi (Iran), Japanese Gardens, résidence au Japon
  • Hyung-geun Park (Corée du Sud), The Tumen River Project, résidence en Corée du Sud, Chine et Russie
  • Sameer Tawde (Inde), Miracle Robots, résidence en Inde

2013

  • Pedro David (Brésil), 360 Metros Quadrados, résidence au Brésil
  • Daniela Edburg (Mexique), Wadmal - The sample project Iceland, résidence en Islande
  • Nyaba Léon Ouedraogo (Burkina Faso), Les dévoreuses d'âmes, résidence au Burkina Faso

2012

  • Hugo Aveta (Argentine), Construire la mémoire, résidence dans plusieurs pays d'Amérique du Sud
  • Lek Kiatsirikajorn (Thaïlande), Lost in Paradise, résidence en Thaïlande
  • Che Onejoon (Corée du Sud), A Monumental Tour, résidence dans plusieurs pays d'Afrique

2011

  • Joao Castilho (Brésil), Vade retro, résidence au Brésil
  • Andrew Esiebo (Nigeria), Pride, résidence en Afrique de l’Ouest
  • Hak Kim (Cambodge), Someone, résidence à Kep, Cambodge

2010

  • Roberto Caceres (Pérou), Chifa, la culture chinoise au Pérou, résidence au Pérou
  • Fiona Pardington (Nouvelle Zélande), Whakaahua : The pressure of Sunlight falling, résidence à Paris
  • Cinthya Soto (Costa Rica), Paysage (re)trouvé : à la recherche du paradis perdu, résidence en Amérique du Sud

2009

2008

  • Sammy Baloji (République démocratique du Congo), Allers et retours, résidence en France
  • Lourdes Grobet (Mexique), Equilibre et Résistance, résidence en Alaska
  • Wu Qi (Chine), Dans l'intimité des catholiques chinois et La Chine Catholique rurale, résidence en Chine

Avec le soutien de